La calligraphie au Japon et dans la société japonaise

Plus que de simples tracés à l'encre sur une feuille de papier, la calligraphie est au coeur de la culture du peuple nippon. Elle est enseignée dès le plus jeune âge dans les écoles et des expositions lui sont consacrées chaque année. Mais c'est également un art en constante évolution avec des artistes modernes.

Calligraphie au Japon : sa place dans la société traditionnelle et le monde moderne

Le Shodo est un art japonais qui exprime la beauté des caractères par l'écriture. Les lettres ont d'abord été créés pour une utilisation réelle, mais cette méthode d'expression esthétique a été créée avec l'avancement de la culture.

De tels caractères tracés dans un but esthétique sont appelés Sho. Shodo est donc l'apprentissage de l'écriture japonaise avec un but esthétique, dans le cadre d'une formation standardisée.La calligraphie japonaise permet d'embellir la vie, de s'enrichir spirituellement, d'exprimer la beauté individuelle en transmettant des sentiments au cours de l'apprentissage.

La calligraphie, un art au coeur de la culture japonaise

Le Shodo est une véritable méthode d'amélioration humaine. Un pinceau et de l'encre (Sumi) sont principalement utilisés pour écrire des caractères sur du papier en utilisant leurs caractéristiques propres. La façon d'écrire, comment tenir un pinceau, comment arranger les formes de lettres, et diverses méthodes sont adaptées différemment suivant le style d'écriture, le style calligraphique.

Au Japon, de grandes expositions de Shodo ont eu lieu depuis la période Showa qui a établi la calligraphie japonaise en tant qu'art moderne. Par conséquent une méthode créative comme œuvre d'art est ajoutée à la technique de Shodo.

Ces techniques sont généralement acquises en apprenant d'autres calligraphes (ou Shoka) par le biais de divers établissements d'enseignement, en étudiant les classiques et en visitant des expositions de Shodo pour améliorer ses propres compétences.

La pratique de la calligraphie est très ancrée dans la culture japonaise

La calligraphie est également quelque chose de populaire, notamment avec le rituel du Kakizome qui est la première calligraphie de l'année. A chaque début d'année, les japonais écrivent en kanji un mot ou un Haiku qui représentent leurs bonnes résolutions.

Lien entre le bouddhisme zen et la calligraphie au Japon

Comparée à d'autres calligraphies orientales, la calligraphie japonaise a été influencée par le bouddhisme zen. Pour chaque morceau de papier, le calligraphe n'a qu'une seule chance de créer avec le pinceau.

Selon l'esthétique de la calligraphie japonaise, les coups de pinceau ne peuvent pas être corrigés, et un manque de confiance apparaitra dans l'œuvre.

Le calligraphe doit se concentrer et être fluide dans l'exécution.

Le pinceau transcrit l'état d'esprit du calligraphe à un moment donné. A travers le bouddhisme zen, la calligraphie japonaise a absorbé une esthétique japonaise distincte, souvent caractérisée par le cercle de l'illumination.

La pratique de la calligraphie permet d'atteindre l'état spirituel du zen

La calligraphie influencée par le bouddhisme est pratiquée par les moines bouddhistes et la plupart des pratiquants de Shodo. Pour pratiquer la calligraphie zen avec maîtrise, il faut se libérer l'esprit et laisser les lettres sortir d'elles-mêmes, ne pas faire un effort énorme. Cet état d'esprit a été appelé Mushin par le philosophe japonais Nishida Kitaro. Il est basé sur les principes du bouddhisme zen, qui met l'accent sur une connexion avec le spirituel plutôt que sur le physique.

La calligraphie et son importance dans la cérémonie du thé japonaise

Dans la cérémonie japonaise du thé (qui est également liée au bouddhisme zen), on regarde une œuvre de calligraphie japonaise pour se libérer l'esprit. Ceci est considéré comme une étape essentielle dans la préparation d'une cérémonie du thé.

La calligraphie est peinte sur un rouleau suspendu appelé Kakemono qui est installé dans le Tokonoma. Il s'agit d'une alcôve surélevée dans laquelle sont exposés des objets d'art japonais.

Pendant la cérémonie du thé, les invités admirent la calligraphie dans le tokonoma

Le rouleau sera choisi avec soin par le maître de thé pour honorer ses hôtes. Il pourra évoquer la saison, le moment de la journée ou bien un sentiment particulier lié à la cérémonie du thé.

Chaque geste ou chaque élément de la cérémonie fait ressortir la sérénité de l'ensemble. Dans la maison de thé, tout ce qui est inutile est éliminé afin de créer une ambiance calme et zen. Les participants sont invités à regarder la calligraphie et à méditer sur ce qu'elle représente.

L'enseignement de la calligraphie dans les écoles japonaises

Les personnes qui ont contribué au développement de la calligraphie moderne dans l'éducation étaient les auteurs des manuels scolaires de calligraphie. Le style calligraphique a débuté avec Ryoko MAKI au début de la période Meiji, et a été suivi par le style Yan jusqu'à l'époque allant de la seconde moitié de la période Meiji jusqu'au début de la période Showa.

Cependant, à partir de cette époque, les calligraphes ont sérieusement étudié les styles classiques, et les effets ont commencé à apparaître progressivement. En particulier, Kaikaku NIWA qui s'est consacré au style calligraphique des dynasties Jin et Tang. Il a préconisé de placer les normes pour l'éducation calligraphique sur les styles des trois grands calligraphes au début de la période Tang. En conséquence, Suiken SUZUKI, disciple de Kaikaku, est devenu un auteur de manuels scolaires nationaux pour la calligraphie, rendant les standards encore plus solides.

Elève qui apprend la calligraphie dans une école japonaise

Les tests de qualification des enseignants au ministère de l'Éducation (que l'on appelle Bunken) permettaient de donner le statut d'enseignant pour les écoles intermédiaires ou les écoles pour la formation des enseignants, et ont été effectués pendant 63 ans entre 1885 et 1948.

Au début de la période Meiji, le système éducatif pour les écoles primaires, les écoles intermédiaires, les écoles pour la formation des enseignants et les universités a été mis en place. Cependant, le nombre d'enseignants qualifiés était insuffisant. Par conséquent, afin d'améliorer la situation, un règlement a été mis en application en 1884. Il était stipulé que les aptitudes scolaires doivent être vérifiées par des tests et le premier test de qualification des aptitudes scolaires a eu lieu en mars 1885.

Pour occuper un poste d'enseignant dans l'apprentissage de la calligraphie dans un collège ou une école de formation des enseignants, il fallait réussir un test spécifique. Les candidats au test étaient pour la plupart des enseignants du primaire.

Cependant, seulement 5% des candidats ont réussi l'examen, ce qui est beaucoup trop peu pour combler les postes nécessaires. Par conséquent, les enseignants qualifiés n'étaient pas disponibles dans un grand nombre d'écoles, et les compétences calligraphiques des élèves dépendaient fortement de l'école.

A partir de 1935, un changement a été fait par le ministère de l'Éducation, pour ajouter au pragmatisme l'élément de poursuite de la beauté comme art et design. Par conséquent, les candidats à l'examen devaient se préparer en fonction des exigences de l'époque.

Vers une calligraphie moderne

Un grand homme dans le monde de la calligraphie chinoise était Meikaku KUSAKABE. Il est l'un des principaux défenseurs de la calligraphie depuis six dynasties et ayant le plus grand nombre d'adeptes. Il a été une personne qui a éclairé le monde de la calligraphie au Japon pendant la période Meiji.

Meikaku KUSAKABE est à l'origine du développement de la calligraphie au rang d'art

Shundo NISHIKAWA rivalisait avec lui, et presque toutes les bases de la calligraphie d'aujourd'hui ont été créées autour de ces deux personnes.

De plus, Tenrai HIDAI, un adepte de Meikaku KUSAKABE, a poursuivi l'étude de la calligraphie classique et s'est efforcé de moderniser la calligraphie et de le rendre indépendante des autres arts. De nombreux calligraphes progressistes ont été inspirés de ses disciples.

Au Japon, la calligraphie est une matière scolaire dans le système d'éducation obligatoire dès l'école primaire. Au lycée, la calligraphie est l'un des choix parmi les matières artistiques, au même titre que la musique ou la peinture. Certaines universités ont des cours spéciaux d'études calligraphiques qui mettent l'accent sur les programmes de formation des enseignants en calligraphie.

La calligraphie japonaise a également fasciné de nombreux artistes occidentaux à travers les siècles, principalement des calligraphes eux-mêmes, mais aussi des artistes célèbres, qui ont étudié et pratiqué la calligraphie comme un parallèle à leur propre art.

De nos jours, de plus en plus de calligraphes talentueux donnent un nouveau souffle à cet art. Les peintures sont de plus en plus grandes et les supports se diversifient. La calligraphie de performance est un véritable spectacle son et lumière dans lequel l'artiste peint devant un public admiratif.

La calligraphie de performance est la version plus moderne de cet art ancestral

Le Japon a ceci de fascinant qu'il fait sans cesse évoluer ses arts traditionnels. Il y a un profond respect pour les valeurs ancestrales qu'ils incarnent mais il y a un besoin de s'adapter à un public nouveau, aux nouvelles attentes. Art en perpétuelle évolution, la calligraphie japonaise se cesse de surprendre par son inventivité et sa créativité.